Centre de services scolaire
de Montréal

Centre de services scolaire de Montréal

Confiant que les règles budgétaires 2015-2016 seront adoptées par le Conseil du Trésor et que la décision d’autorisation du budget déficitaire de la Commission scolaire de Montréal (CSDM) sera favorable, le Conseil des commissaires a adopté aujourd’hui le budget 2015-2016 de la CSDM, sous réserve des décisions gouvernementales entourant l’adoption des règles budgétaires et de la décision d’autorisation du déficit par le ministre. Ce budget s’inscrit dans la quatrième année du plan quinquennal de retour à l’équilibre budgétaire.

Le budget 2015-2016 a été adopté le 7 juillet plutôt que le 17 juin en raison des nouvelles règles budgétaires annoncées par le ministère de l’Éducation, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (MEESR). Ces modifications ont influencé à la baisse le déficit anticipé, de telle sorte que ces données ont été prises en compte dans le plan de retour à l’équilibre prévu en 2016-2017.

Pour 2015-2016, la CSDM prévoit des revenus et un financement de 1 007 330 382 $, alors que les dépenses de fonctionnement totalisent 1 018 843 644 $; le déficit anticipé se chiffre à 11 513 262 $.

« Pour notre institution, qui agit au premier plan de l’éducation publique, nous avons dû faire des choix difficiles et prendre des décisions délicates pour la population montréalaise », a déclaré Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

Pistes d’optimisation

La situation financière de la Commission scolaire exige d’utiliser tous les leviers pour atteindre l’équilibre budgétaire. Des choix seront faits pour maintenir une saine administration. En d’autres mots, la CSDM ne dépensera qu’à la hauteur du financement qu’elle reçoit ou du budget autorisé.

Les principales pistes d’optimisation envisagées pour 2015-2016 sont :

  • La structure organisationnelle et le cadre de gouvernance, comprenant, notamment, la réduction des budgets non salariaux des services centraux, la réduction des effectifs assignés au centre administratif, l’actualisation des compressions ministérielles dans les allocations supplémentaires distribuées aux établissements;
  • L’offre de services, incluant les comités de quartier, les dérogations à la Politique du transport scolaire ainsi que le transport d’élèves vers les établissements privés;
  • L’organisation des écoles de la formation générale des jeunes, soit l’optimisation de l’organisation scolaire, la révision de la Politique administrative et salariale en suivant les standards du MEESR en matière de nombre de directions et de directions adjointes ou de les bonifier selon certains critères, ainsi que la révision des budgets locaux des établissements.

Rappelons que chaque trimestre, comme elle l’a fait au cours de la dernière année, la CSDM soumet une reddition de comptes au MEESR pour suivre l’évolution financière de la situation.

Avec plus de 190 établissements et quelque 17 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d’écoles publiques du Québec et un des plus importants employeurs de Montréal. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 112 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.

Voir toutes les nouvelles