Centre de services scolaire
de Montréal

Centre de services scolaire de Montréal

La CSDM se dote de protocoles d’intervention en matière de violences sexuelles

La Commission scolaire de Montréal (CSDM) dispose désormais de protocoles d’intervention sur les comportements sexualisés et les violences sexuelles. Ceux-ci s’inscrivent dans la foulée de la résolution sur la violence sexuelle en milieu scolaire, adoptée à l’unanimité par le Conseil des commissaires à la suite de la courageuse présentation effectuée par un groupe d’élèves en avril 2018.

« Nous nous engageons à offrir à nos élèves et aux membres de notre personnel un environnement d’études et de travail où l’écoute et la bienveillance sont priorisées. Ces protocoles d’intervention visent à prévenir toutes formes de violences sexuelles. En plus d’outiller nos intervenants, leur objectif est de protéger toute personne se sentant victime de tels actes », mentionne Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM.

Hier soir, les résultats de la vaste démarche entreprise par la CSDM pour aborder cet enjeu complexe ont été présentés aux commissaires, dont la mise en place de trois protocoles d’intervention, concernant respectivement les comportements sexualisés, les abus sexuels et les violences sexuelles. Plusieurs partenaires régionaux ont contribué à l’élaboration de ces protocoles produits par les professionnels de la Commission scolaire pour répondre aux besoins du personnel scolaire.

Sensibilisation et formation

Au cours des prochains mois, des centaines d’adultes qui côtoient les élèves régulièrement dans nos écoles recevront une formation pour comprendre comment accueillir et entendre toute victime de violence sexuelle, afin de l’orienter vers les ressources compétentes.

Deux conseillères pédagogiques, dont une sexologue, se sont vu confier la responsabilité du dossier de l’éducation à la sexualité à la CSDM.

De plus, une journée pédagogique institutionnelle a été consacrée aux violences sexuelles. Cette journée a permis de vérifier que les protocoles qui étaient alors envisagés répondent aux besoins exprimés par le personnel, notamment les enseignants et les responsables des services de garde.

« Je suis fière du travail accompli, car il faut se souvenir que toutes ces actions découlent de la présentation faite par un groupe d’élèves au Conseil des commissaires à propos de leur réalité. Nous avions alors tous été interpellés par la question des violences sexuelles. Nous espérons un meilleur financement de nos différents projets dans nos milieux scolaires, à l’image de ce qui a été accordé aux niveaux collégial et universitaire », ajoute Mme Harel Bourdon.

Rappelons qu’avec ses 191 établissements et plus de 16 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d’écoles publiques du Québec. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 114 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.

Voir toutes les nouvelles