Centre de services scolaire
de Montréal

Centre de services scolaire de Montréal

Le Conseil des commissaires a adopté la nouvelle structure organisationnelle de la Commission scolaire de Montréal (CSDM). Annoncée il y a deux ans, cette transformation sera effective dès le 1er juillet 2013.

Menée à l’initiative des commissaires scolaires, la transformation de la CSDM est la concrétisation d’une réflexion amorcée il y a quelques années, notamment autour du plan Réussir et de son implantation, des besoins en soutien pédagogique, et des débats sur la promotion de l’école publique. Cette opération permettra d’optimiser les ressources et de générer des économies.

« Nous avons relevé le défi et tenu notre promesse. Notre nouvelle organisation offre un soutien accru aux écoles. Nous sommes convaincus qu’avec ces changements, il fera meilleur étudier et travailler à la CSDM. Pour nous, il s’agit d’une modernisation qui traduit aussi notre volonté de participer au développement social de Montréal », affirme Daniel Duranleau, président de la CSDM.

L’élève au coeur des préoccupations

Pour réaliser cette transformation, de nombreuses consultations ont été réalisées avec plus de 125 acteurs issus du terrain : membres du personnel, cadres, représentants de syndicats et d’associations regroupés en « équipes-actions ». Chaque équipe-action s’est concentrée sur un aspect particulier, par exemple, les services pédagogiques, l’autonomie et l’imputabilité des écoles, le Centre de services partagés. Des échanges ont également eu lieu avec les parents.

La nouvelle Commission scolaire a pris forme autour de deux axes : la simplification de l’appareil administratif et le soutien aux écoles. La nouvelle CSDM se recentre sur sa mission, l’élève est au coeur de ses préoccupations. Une attention particulière est portée à l’école secondaire où les maillages avec la formation professionnelle doivent être renforcés. Un nouveau modèle facilitera ce rapprochement.

La nouvelle structure est basée sur l’autonomie des écoles, la proximité entre les écoles et les services et une plus grande efficacité des processus, le tout pour la réussite de l’école. Elle se donne les moyens d’organiser de manière efficace et rigoureuse les services offerts à la population.

Contexte

La nouvelle structure de la CSDM s’est réalisée dans un contexte mouvant et complexe sur le plan social, notamment en raison des questionnements à propos de l’avenir des commissions scolaires et de leur capacité à répondre aux besoins de la population. C’est également dans un contexte budgétaire difficile, connu de tous, qu’elle s’est entamée. Pour les acteurs du milieu, le consensus était clair : le statu quo n’était plus possible.

De par son caractère novateur, la nouvelle structure cherche à se démarquer des pratiques actuelles. Par exemple, le démantèlement des réseaux et la redéfinition en profondeur des modalités de soutien et d’accompagnement des directions d’établissement par l’intermédiaire du Bureau de soutien à la gestion des établissements, sont un changement majeur pour rapprocher la Direction générale des établissements, harmoniser et rehausser les pratiques de gestion, et faire un pas vers une plus grande intégration des ordres d’enseignement, comme la formation professionnelle et la formation générale des adultes.

Le jour un, le travail continue

La structure organisationnelle entrera en vigueur le 1er juillet qui marquera le jour un de la nouvelle Commission scolaire. D’autres étapes restent toutefois à venir.

« Nous exercerons une vigie pour suivre l’évolution de cette structure et pour procéder aux ajustements. Nous serons à l’écoute de nos gens, gestionnaires et employés, de même que des parents », mentionne M. Duranleau.

Même si les réseaux n’existeront plus, les établissements pourront toujours compter sur des services et un soutien sans failles. Le Centre de services partagés prend le relais dès la rentrée scolaire et sera déployé au sein de chaque service, à différents degrés selon le niveau de maturité et le volume de demandes attendu. Il s’agit d’une étape transitoire à court et à moyen termes vers une plus grande intégration des services de première ligne.

De nombreux travaux restent à mener pour faire vivre la structure et réussir la transformation. Ainsi, des groupes-actions poursuivent leur travail. Le plan de l’effectif sera présenté la semaine prochaine avec les mêmes mécanismes qui se mettent en place chaque année. De plus, la Direction générale veillera à la finalisation des organigrammes de chaque service et déposera le tout au Conseil des commissaires après la rentrée 2013. Des travaux sur la gouvernance se tiendront prochainement et viendront préciser la participation des différentes parties prenantes, dont les directions d’établissement et les parents aux différentes instances de gouvernance. Enfin, un bilan, notamment financier, sera dressé par la Direction générale au Conseil des commissaires en janvier 2014 relativement à l’avancée de la nouvelle structure.

Cette nouvelle structure reflète le dynamisme des artisans qui font l’école montréalaise. Les conditions de renouveau appartiennent maintenant, aux employés et aux gestionnaires qui vont les réaliser en favorisant l’implication et la place des parents à l’école.

Rappelons qu’avec ses 200 établissements et ses 16 000 employés, la Commission scolaire de Montréal est le plus grand réseau d’écoles publiques du Québec. Entre autres responsabilités, elle organise les services éducatifs pour 110 000 élèves, elle gère les ressources humaines, financières et matérielles, elle coordonne le transport scolaire, les services de garde et les relations avec la communauté.

Voir toutes les nouvelles